Le réveil des dragons (Morgan Rice)

Critique de le 1 mars 2015

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (3 votes, moyenne: 2,67 / 5)
Loading...
Roman

indexKyra, 15 ans, est une jeune fille un peu garçon manqué qui rêve de devenir une vraie guerrière. Elle est déjà championne de tir à l’arc mais n’a le droit de tirer que sur les arbres. C’est également la fille de Duncan, le gouverneur d’une cité qui refuse de se soumettre aux envahisseurs Pandésiens. Alors qu’elle rentre dans sa ville de Solis, elle découvre que ses deux frères aînés, Brandon et Braxton, âgés de 17 et 18 ans, veulent emmener à la chasse Aidan, le benjamin à peine âgé de 10 ans. Elle tente de les en dissuader mais n’y parvient pas. Alors, elle décide de suivre de loin ses trois frères jusqu’au plus profond du lugubre Bois des Epines où peuvent se trouver de vilains Trolls échappés des Flammes et bien d’autres dangers. Pris de boisson, les deux aînés veulent obliger le petit Aidan à affronter un énorme sanglier. Aidan en est tout à fait incapable. Il reste tétanisé sur place. L’affaire aurait pu tourner au désastre si Kyra n’était pas intervenue…

« Le réveil des dragons » est le premier tome d’une série de fantaisie jeunesse intitulée « Rois et sorciers ». Assez agréable à lire car fonctionnant sur le principe du « page turner », chaque chapitre s’achevant sur un rebondissement amenant à lire le suivant, le livre ne brille ni par son originalité ni par la qualité de son écriture. Morgan Rice n’est pas le nouveau Tolkien mais il dispose d’une riche imagination et sait raconter une histoire simple et efficace qui peut convenir à un certain public adolescent mais qui peut agacer les adultes qui aimeraient un peu plus de sophistication dans les ressorts dramatiques et une psychologie des personnages un peu plus travaillée. Le style, fluide et agréable, souffre cependant de plusieurs défauts : présence de nombreuses coquilles et fautes d’orthographe (« il courrait » au lieu de « il courait », « palier » confondu avec « pallier »et employé intransitivement, « grosses cernes » alors que le mot cerne est masculin pour ne citer que quelques exemples), grossières erreurs de concordance des temps, conjugaison approximative (« il la bue » pour « il la but », « qui avait était » en lieu et place de « qui avait été »), répétitions, pléonasmes… Albin Michel présentant Rice comme un auteur de best-sellers américains, il est étonnant de constater de tels manques de professionnalisme chez un éditeur aussi sérieux. Où sont passés les correcteurs et autres relecteurs ? Du divertissement à déconseiller à ceux qui gardent au cœur le respect de notre belle langue.

3/5

Le réveil des dragons (Morgan Rice)

Laisser un commentaire