Le passeur de lumière de Bernard Tirtiaux

Critique de le 15 avril 2008

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (43 votes, moyenne: 3,72 / 5)
Loading...
Textes remarquables

tirtiaux.jpg

La mort du vieux maître-verrier

Khalim Rhamir a été retrouvé sans connaissance dans le jardin.

Lorsque Nivard pénètre dans la maison, il y règne un silence oppressant. Un à un les enfants s’approchent sans bruit de leur père pour l’embrasser. Nivard se rend auprès de la couche où repose le vieil homme. Celui-ci lentement se réveille et, d’une voix docile, dit à son entourage :

– Je crois qu’on m’appelle ailleurs.

Puis il tourne ses yeux vers Nivard et lui demande :

– Conduis-moi là-haut dans notre palais.

On installe le lit dans le verratorium et Nivard porte le mourant dans ses bras. Une fois sous le dôme de verre, il déploie sur une étoffe claire ce long vieillard osseux, aussi léger que son âme. Khalim Rhamir promène ses yeux partout

comme s’il lui fallait cueillir quelques images chères avant de passer sur l’autre rive.

Il murmure encore :

– Je retourne à la source de lumière d’où je suis venu.

Son regard s’envole à la nuit tombée, telles deux étoiles chassées par un souffle. Quand il passe, les bleus de la verrière s’éveillent à la lune et certains astres se démantèlent dans les brillances du verre.

Ainsi s’en alla Khalim Khamir comme s’en vont les sages. Il fit le pas comme on franchit un ruisseau. Tous ceux qui avaient croisé son existence et qui l’avaient aimé restèrent longtemps désemparé face au vide de sa mort. Ce n’est que plus tard qu’ils se surent comblés par la richesse intérieure que cette figure rayonante avait versée généreusement en chacun d’eux à leur insu.

Texte tiré de :
Le passeur de lumière
Nivard de Chassepierre maître verrier
Bernard Tirtiaux
Editeur Gallimard 1995
Existe en poche

Le passeur de lumière de Bernard Tirtiaux

Étiquettes : , , , , ,

Un commentaire pour “Le passeur de lumière de Bernard Tirtiaux”

  1. Je suis actuellement en train de lire cet ouvrage. Grandiose, j’ai eu du mal à m’accrocher au début vu que ça commence par un duel (encore de la violence me suis-je dit. Mais ce livre est plein de poésie et de vérité. Et surtout de détails sur le métier de verrier, on s’y croirai. Chapeau !!! et merci a ma voisine Paulette de m’avoir prêté ce livre qui me permets de vivre des moments fantastiques.

Laisser un commentaire