En réponse à Aivz

Critique de le 27 avril 2008

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (357 votes, moyenne: 3,71 / 5)
Loading...
Poésie

J’ai étudié Baudelaire pour le Bac de Français il y a quelques années et je n’ai pas retenu grand chose de cet auteur (bouh la mauvaise élève), parce que lorsque on le lit trop, on parvient facilement à le cerner et on s’ennuie vite des formules qu’il répète… comme lorsqu’il compare la femme à une charogne…

Bourreau des coeurs, trop déçu des femmes, il a su s’inspirer de nos malfaisances dans ses Fleurs du Mal…

Et bien laissez-moi vous écrire LES vers qui m’ont bouleversée, ceux qui sont restés inscrits dans ma mémoire, au détriment de bien meilleurs sûrement. Pour moi, Baudelaire, c’est ça:

Sans cesse à mes côtés s’agite le Démon ;
Il nage autour de moi comme un air impalpable ;
Je l’avale et le sens qui brûle mon poumon
Et l’emplit d’un désir éternel et coupable.

Parfois il prend, sachant mon grand amour de l’Art,
La forme de la plus séduisante des femmes,
Et, sous de spécieux prétextes de cafard,
Accoutume ma lèvre à des philtres infâmes.

Il me conduit ainsi, loin du regard de Dieu,
Haletant et brisé de fatigue, au milieu
Des plaines de l’Ennui, profondes et désertes,

Et jette dans mes yeux pleins de confusion
Des vêtements souillés, des blessures ouvertes,
Et l’appareil sanglant de la Destruction !

La destruction de Charles Baudelaire

En réponse à Aivz

Étiquettes : , , ,

Un commentaire pour “En réponse à Aivz”

  1. avatar Franck_F dit :

    rolala, : « Ne me regarde pas ainsi toi ma pensée, toi que j’aime à jamais ma soeur d’election, quand même tu serais une embûche dressée et le commencement de ma perdition.

    Qui donc devant l’amour ose parler d’enfer, maudit soit à jamais le reveur qui voulu le premier, s’éprenant d’un probleme insoluble et stéril, aux choses de l’amour mêler l’honneteté

    Celui qui veut unir dans un accord mystique, l’ombre avec la chaleur, la nuit avec le jour ne chauffera son jamais son corps paralytique…

    .
    .
    .
    .
    .
    .
    Cher coeur, comprends tu maintenant qu’il ne faut pas offrir l’holocauste sacré de tes premieres roses aux souffles violents qui pourraient les fletrir……

Laisser un commentaire