L’imparfait est-il subjectif ?

Critique de le 17 août 2010