Rouletabille chez le Tsar (Gaston Leroux)

Critique de le 2 décembre 2014

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 4,00 / 5)
Loading...
Roman

Rouletabille chez le tsarAu début de l’autre siècle, en Russie, de graves troubles secouent Moscou et Saint Petersbourg. Des révoltes fomentées par des groupes nihilistes ou anarchistes sont mâtées dans le sang. Le général Trébassof est un des responsables de cette terrible répression. Il vient d’échapper par trois fois à de graves attentats (fusillades, machines infernales). Le Tsar, inquiet pour un de ses plus loyaux serviteurs, suggère à Joseph Rouletabille, journaliste-détective dont la réputation n’est plus à faire, de se charger de l’organisation de sa sécurité. Il accepte et découvre une famille déboussolée mais recevant quand même beaucoup. La première mesure que prend Rouletabille consiste paradoxalement à éloigner l’important dispositif policier protégeant la propriété du général. Comment ce jeune homme astucieux pourra-t-il à lui seul empêcher que les terroristes parviennent à leurs fins ?

« Rouletabille chez le Tsar » est un bel exemple de roman d’aventures comme on en écrivait à l’époque et qui paraissait d’abord sous forme de feuilleton (dans « l’Illustration » en 1913 pour celui-ci) avant d’être publié en entier. Le lecteur s’attache d’abord à l’énigme policière fort bien ficelée et découvre accessoirement le côté politique et social de l’oeuvre. Chaque chapitre s’achève sur un nouveau rebondissement, ce qui maintient l’intérêt du lecteur, entretient le suspens et garde un rythme relativement soutenu tout au long d’une histoire passablement compliquée (en apparence). Parallèlement, le lecteur apprendra également beaucoup de choses sur la vie des aristocrates russes peu avant la première révolution, sur les méthodes des groupuscules anarchistes, sur la vie sociale et les mœurs particulières de cette époque. Il faut dire que Gaston Leroux fut envoyé spécial permanent en Russie pour le journal « Le Matin » de juin 1904 à mars 1906 et qu’il assista comme témoin privilégié aux sanglantes prémices de l’écroulement de l’empire russe. Inutile d’ajouter que ce texte fort bien écrit n’a pratiquement pas pris une ride et qu’il peut donc encore procurer bien du plaisir à qui prend aujourd’hui la peine de le lire. En dira-t-on autant dans un siècle des best-sellers de cette année ? Ce livre aurait pu (ou pourrait encore) donner lieu à une superbe adaptation cinématographique ou télévisuelle. Nul doute que quelqu’un quelque part y pensera un jour…

4/5

Rouletabille chez le Tsar (Gaston Leroux)

Laisser un commentaire