Les enfants de Toulghar / La malédiction (Fabrice Jalwin)

Critique de le 19 novembre 2015

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 3,00 / 5)
Loading...
Roman

ToulgharA Hemligstad, petit village tranquille du nord de la Suède, tous les enfants se mettent un jour à disparaître mystérieusement. Des battues sont organisées. La population, la police et l’armée sont mobilisées mais personne ne trouve rien. Quelques jours plus tôt, en arrachant la souche d’un arbre pluri-centenaire, un fermier a dégagé un énorme trou dans le sol dans lequel quelques enfants curieux ont découvert un coffret. En l’ouvrant, ils sont entrés en possession d’un ancien poignard orné de pierres précieuses. Dans les temps anciens, cette arme magique appelée Molvar aurait permis de défendre le monde de Toulghar contre Feulkhan, personnalisation des forces du mal maintenues inoffensives tant que le Molvar ne revient pas en leur pouvoir…

« Les enfants de Toulghar », est un roman de fantaisie dont l’intrigue semble librement inspirée du conte allemand « Le joueur de Flute de Hamelin » mais avec une intrigue nettement plus contemporaine et beaucoup plus gore. Avec ses peuples étranges, ses personnages et décors bizarres, le monde de Toulghar a quelque chose d’à la fois charmant et angoissant. Le mal y est omniprésent mais les « bons » peuples savent s’allier pour le combattre. Sur terre, les représentants de l’armée sont prêts à utiliser les moyens les plus extrêmes comme la bombe atomique pour éradiquer le mal. Le résultat est une improbable alliance d’un manichéisme un peu naïf. Ceci dit, on ne s’ennuie pas un instant à lire cette histoire pleine de suspens et de rebondissements. Dommage que ce texte n’ait pas bénéficié d’une bonne relecture. Les coquilles, erreurs grammaticales ou orthographiques, qui sont légion, gâchent un peu le plaisir du lecteur. A titre d’exemple, juste trois approximations parmi tant d’autres : « ce dont pourquoi… » (page 286), « une chance d’en venir à bout de… » (page 290), « la lumière les aveugles… » (page 336). Malgré tout, un auteur plein d’imagination et de talent qui mérite vraiment d’être encouragé et suivi car ce livre n’est que le premier tome d’une trilogie.

3/5

Les enfants de Toulghar / La malédiction (Fabrice Jalwin)

Laisser un commentaire