Le silence des bombes (Jason Hewitt)

27 août 2015 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 3,00 / 5)
Loading...

Critique lue : 1 113 fois


indexEn juillet 1940, Lydia, une petite Anglaise de onze ans, portant une grosse valise et un masque à gaz, descend du train dans la petite gare d’une ville désertée du Suffolk. Elle cherche à rejoindre Greyfriars, l’endroit où elle a grandi et où elle espère retrouver sa mère et les autres membres de sa famille. Comme la zone a été évacuée, elle trouve la maison vide, abandonnée. Un peu plus tard, un inconnu vêtu d’un uniforme de l’armée anglaise s’y introduit. Il est blessé à l’épaule et, sous la menace de son arme, oblige Lydia à rester en sa compagnie.

« Le silence des bombes » est un face à face dans un huis clos oppressant sur un arrière fond historique inquiétant. Deux personnages qui n’auraient jamais dû se rencontrer vont s’affronter, dialoguer, et même s’entraider sur un registre assez théâtral et mélodramatique. Comme le reconnaît l’auteur dans la postface, ce n’est qu’une œuvre de fiction. Tout est inventé et finalement assez improbable. Le thème est usé jusqu’à la corde. Tous les habituels poncifs et idées reçues sur cette guerre s’y retrouvent et ne peuvent qu’agacer quiconque est un peu connaisseur de la période. La seule originalité et le seul intérêt de ce roman réside dans son écriture de grande qualité et dans cette façon particulière de tisser par petites touches impressionnistes deux histoires parallèles pas très vraisemblables et nous faire peu à peu découvrir les pans cachés de la réalité des deux malheureux protagonistes de ce drame. Mais autant c’est dur et surprenant du côté de Heiden, autant c’est faible et assez peu convaincant du côté de Lydia. La quatrième de couverture parle de livre « envoûtant et déchirant », ce qui n’est pas faux et de mélange entre « petite et grande histoire ». Le lecteur y verra surtout une tranche d’Histoire vue par le petit bout de la lorgnette et au lieu de « rédemption » et de « part d’humanité », la rencontre d’une gamine et d’un salopard. Ne serait-on pas en train de nous refaire le coup d’un certain Jonathan Littell ?

3/5

Laisser un commentaire