Le Rapport de Brodeck de Philippe Claudel

28 février 2008 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (9 votes, moyenne: 3,44 / 5)
Loading...

Critique lue : 5 323 fois


le_rapport_de_brodeck.jpgCe livre est un succès de librairie, paraît-il. Rien d’étonnant à cela, d’une part parce que son auteur est de plus en plus médiatisé, d’autre part parce que son talent de conteur est indéniable. La narration dans ses romans est une petite mécanique bien huilée, à l’efficacité éprouvée. On se laisse prendre. Et c’est un tour de force que de retenir le lecteur dans un univers aussi sombre, celui de l’être humain dans toute sa noirceur, pour aller vite.

Plus haut, j’ai écrit « ses oeuvres », car ce qui caractérise Le Rapport de Brodeck, s’applique aussi à un précédent roman: Les âmes grises.

Si l’on compare les deux livres, on remarque un dispositif narratif et des situations semblables: la guerre en toile de fond, un narrateur-personnage qui a vécu un drame que l’on découvre petit à petit, un événement meurtrier et central (« l’affaire » dans Les âmes grises, « l’ereignïess » dans Le rapport de Brodeck ).

Dès lors, au plaisir de lire les deux ouvrages succède l’impression désagréable d’être confronté à une « littérature à recettes »…Et on comprendra ce dernier mot dans toutes ses acceptions. Ou bien, il faut considérer que P Claudel entreprend là un sorte de série (une trilogie?), autour d’un même thème dont il propose des variations. On ne sait que penser, au final le lecteur demeure circonspect, son jugement en supens, dans un entre-deux à l’image du gris des âmes des héros de Philippe Claudel.

Philippe Claudel-Le Rapport de Brodeck

 

 

Tags:

4 commentaires pour “Le Rapport de Brodeck de Philippe Claudel”

  1. avatar Lya dit :

    Ayant adoré « Les âmes grises », j’ai très envie de me faire une idée sur ce « Rapport de Brodeck »… Merci pour ton article aloysius !

    Lya.

  2. avatar Blanchezp dit :

    Interesting text.., bro

  3. avatar Marc dit :

    J’ai beaucoup aimé ce livre, son mode narratif, l’étrange ambiance véhiculée au sein de ce village encastré dans la montagne constituant une micro société tellement représentative de la nôtre.
    Cependant, n’est-il pas un peu facile d’écrire une fois de plus sur le shoa déjà si lointaine alors que tant d’évênement aux contenus dramatiques se déroulent dans notre monde à notre époque! Chômage, misère, famine, épidémie voir génocide.
    Le rôle de l’écrivain n’est-il pas de nous éclairer sur notre présent pour nous permettre de faire les choix qui détermineront notre futur.

  4. avatar Pauline dit :

    Bonjour,

    Je suis enseignante et je souhaiterais vous demander une demande de droits d’auteur sur votre critique pour une utilisation pédagogique.

    Pourrais-je vous joindre sur une adresse mail ?

    Pour me joindre : pauline.meignan@univ-grenoble-alpes.fr

    En vous remerciant,

    Pauline Meignan

Laisser un commentaire