Jules Matrat (Charles Exbrayat)

16 décembre 2013 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Critique lue : 1 141 fois


Jules MatratDans les premiers jours d’août 1914, Jules Matrat, trente ans, est appelé sous les drapeaux. Ce jeune paysan de la Loire ne s’est éloigné qu’une seule fois de son village, c’était pour son service militaire. Il quitte ses vieux parents ainsi que Rose, sa promise qui va devoir l’attendre plus de quatre longues années. Sur le front, il rencontre Louis Agnin, un savoyard, homme des hautes terres comme lui, avec qui il se lie d’amitié. Jules fait la guerre par devoir et réussit à survivre à toutes les horreurs qu’il doit subir dans les tranchées. Avec son ami, ils espèrent la venue de jours meilleurs. Mais leurs projets d’établissement en commun tombe comme château de cartes le jour où Agnin meurt dans les bras de Jules. Et c’est un tout autre homme qui rentre chez lui, la guerre terminée. Personne ne reconnaît le nouveau Jules. Saura-t-il exorciser les démons qui hantent ses nuits, sera-t-il capable de vaincre la douleur, de faire son deuil et de mener une vie normale avec Rose ?

Avec ce roman de terroir largement mélodramatique, Exbrayat s’est aventuré dans un genre qui ne lui est pas habituel, lui qui s’est principalement illustré dans le polar décalé et fortement picaresque. Rien de tout cela dans « Jules Matrat », mais plutôt un récit sombre et mélancolique, assez lent et assez lourd, sans aucun humour ni légèreté. Le ton est grave, la psychologie du héros est longuement détaillée. Il est triste, malheureux, inadapté au monde qu’il retrouve après toutes ces années d’enfer. Le récit de guerre proprement dit est assez rapidement esquissé et presque secondaire par rapport à celui de l’après-guerre. Le personnage de Rose avec sa fidélité, sa douceur et sa patience semble nettement plus positif que celui de Jules qui finit par agacer. Au bout du compte, l’intrigue est assez peu originale en dépit d’une fin tout à fait réussie. Quand aux éloges dithyrambiques de la quatrième de couverture (« Un roman bouleversant et l’un des plus beaux récits inspirés par la Grande Guerre »), il faudra une fois de plus les classer dans la rubrique « publicité mensongère » ! Bilan général : un bouquin moyen sur les sinistres conséquences d’une guerre qui fut un quasi suicide européen assez loin des meilleurs titres du prolifique auteur.

3/5

Un commentaire pour “Jules Matrat (Charles Exbrayat)”

  1. avatar REGNIER dit :

    Critique de la critique (Jules Matrat EXBRAYAT)

    Quand on donne du caviar aux cochons….

Laisser un commentaire