Au bout de l’arc-en-ciel de James Cain

9 mai 2013 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (55 votes, moyenne: 4,69 / 5)
Loading...
Roman

L’assassin chez James Cain, ça peut être toi ou moi, des mecs et des meufs normaux, pas des gens des bas-fonds, et Dave narrateur et héros du livre a 22 ans et il passe tranquillement  » Un de ces bons vieux samedis soirs » avec Myra, mère de 16 ans son aînée. Mais la vie de cet américain, natif de l’ Ohio, est bouleversée par un paquet de fric tombé du ciel avec surtout une superbe hôtesse de l’air prise en otage par un kidnappeur, qui serre contre lui la meuf et sa rançon de 100 000 dollars.

Aurais-tu tué le kinappeur pour sauver la belle ? Aurais-tu emmené la belle chez toi sous le nez de ta mère ? Lui aurais-tu fais couler un bain avant d’appeler les keufs ? Moi, je ne sais pas, ça dépend de mon taux d’alcoolémie. Ne te serais-tu pas plutôt intéressé au parachute lesté de tunes? Aurais-tu laissé dériver au fil de l’eau ce paquet de tunes ? Voilà des questions simples que des gens basiques comme toi et moi peuvent se poser.

Mais qu’est ce qui peut bien faire basculer des gens ordinaires comme toi ou moi ou ta mère ? Je dis « Ta mère », car la mère de Dave nymphomane avérée veut se faire son fils, devient jalouse de l’hôtesse de l’Air, se castagne avec elle, attire les soupçons des keufs.

Comme souvent chez James Cain, se qui fait basculer les gens comme toi et moi dans le crime, c’est le sexe.
Dave aime sa mère , sauf que celle ci n’est pas sa mère. Découverte faite quand il se rend commpte qu’elle s’est tirée avec la rançon de 100 000 dollars qu’elle a planquée pendant qu’il baignait l’hôtesse.

Mais qui est donc la vraie mère de Dave ? le dialogue cadencé du livre nous conduit vite à la réponse dans un mouvement où comme partout dans l’univers de Cain, c’est le désir qui conduit au crime, et peut-être même, ici, sur une trame d’un manque à être quasi-oedipien.

Étiquettes : ,

3 commentaires pour “Au bout de l’arc-en-ciel de James Cain”

  1. avatar David dit :

    Sauf que c’est pas la mère qui fauche le blé, mais Sid, frère montagnard de la mère et abruti total.

  2. avatar bruno chauvierre dit :

    James Caïn situe ses romans dans des contextes sociaux déterminants, ici celui des montagnards de l’Ohio, farouches et prêts à vous flinguer à tout moment. Et ceci est un facteur d’excitation supplémentaire chez des pélerins au sang chaud. Alors, savoir qui a fauché le fric n’est qu’un détail. L’essentiel pour Cain, c’est l’attirance sexuelle éprouvée pour jill, l’hôtesse de l’air et pour sa fausse mère, la petite Myra. Non seulement Dave kiffe les deux meufs, mais en plus il se la fanfaronne « mec- objet » de la rivalité de deux femelles. Que finalement le voleur soit quelqu’un d’autre, possédé par l’esprit de lucre et dont l’identité n’est dévoilée qu’au dernier moment, ne fait qu’accentuer le suspense. Ouais c’est vrai,ce bouquin, l’un des derniers du Cain vieillissant est moins bon que les premiers, mais comme dans les ptécédents l’obsession sexuelle est centrale.

  3. avatar David dit :

    Cain, c’est quand même pas de Villiers !

Laisser un commentaire