Atiq Rahimi Maudit soit Dostoïevski

19 mars 2011 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (66 votes, moyenne: 4,61 / 5)
Loading...
Littérature Roman

 

Rassoul  victime de Dostoïevski.  Brusque et soudain « passage à l’acte » . Mais quel est le déclencheur. Qu’y avait-il avant que le pas ne soit franchi ? Pensées meurtières ? Non. Seulement le sentiment de VIDE étrangement conjugué à une violence pulsionnelle qui secoue tout comme un tremblement de terre ou un volcan. Le dedans veut être dehors.

 Meurtre comme un pastiche de Crime et Châtiment. Confidence de Rassoul :

 « J’avais à peine levé la hache pour l’abattre sur la tête de la vieille dame  que l’histoire de Crime et châtiment m’a traversé l’esprit. Elle m’a foudroyé… Dostoïevski, oui, c’est lui ! Il m’a défendu de suivre le destin de Raskolnikov, de devenir la proie de mes remords, de sombrer dans l’abîme de la culpabilité, de finir en prison… » (Page 260)

Histoire comme dans un rêve. « Une image floue se dessine… c’est un beau rêve » (page 178) Cauchemars. Meurtre imaginaire ? Illusion du meurtre d’une maquerelle pour se  remettre en question. ? Tout est flou et flottant, comme dans les volutes de fumée de la  Säquikhâna où Rassoul tire de longues bouffées de haschisch du shilom que les fumeurs se passent de main en main. Fumoir où il est hébété, comme en dehors du temps, vivant dans un monde envahi « des spectres échappés de ses cauchemars » (Page 132)

Histoire de têtes coupées. Pas les mêmes motivations que Salomé. Mêmes résultats pourtant ; Ici la tête coupée, c’est parce qu’on a peur d’Allah.  « On coupe la tête de quelqu’un et on asperge la plaie d’huile brûlante. Le pauvre corps sans tête s’agite, sautille. On appelle ça la danse des morts. »(Page 191) Gustave Moreau et Karl-Joris Huysmans n’auraient pas fait mieux.

Histoire d’un homme qui ne s’aime pas. « Devant un petit miroir accroché au mur, il se regarde avec haine et colère. »(Page 78)

Histoire racontée avec une écriture inventive. Rassoul se parle à lui-même. Il nourrit des dialogues imaginaires avec les autres personnages. Atiq Rahimi est un conteur en mode Nas-Esrine.

                                       SE PARLER A SOI-MEME

Oui, il se parle à lui-même, comme Paul-Jean Toulet s’écrit à lui-même. Poésie. Il s’écrit aussi à lui-même, et il est souvent question se Souphia, la jeune fille aimée :

«  Souphia, elle est donc là ! », je voulais crier, me lever, me jeter dans les bras de ton père… »

Ecrits où le rêve se confond avec la réalité.  

Rassial a perdu l’usage de la parole depuis le crime alors il se promène dans  la vallée des mots perdus. Omniprésence de la poésie.

SON MEURTRE N’ETAIT PAS UN CRIME CAR SA VICTIME , LA MAQUERELLE, N’ETAIT PAS INNOCENTE

C’est ce qu’on répète à Rassial. Finira-t-il par se déculpabiliser ? Difficile. Dans ce meurtre réel ou imaginaire, la violence pulsionnelle a éclaté comme une éruption volcanique. Retour ponctuel d’un élément refoulé ? Non Plutôt retour en masse allant au-delà du refoulement.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire