« Alvéoles », d’Eric Descamps

24 avril 2012 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (5 votes, moyenne: 3,80 / 5)
Loading...
Roman

Je tiens à    remercier Eric Descamps pour m’avoir remis son premier roman. Merci pour cette histoire à grande vitesse!

Vous vous souvenez de la série 24 heures chrono avec l’agent spécial Jack Bauer?    Au terme de l’épisode, aviez-vous aussi ce besoin méchamment viscéral de connaître la suite à tout prix? C’est précisément cette sensation que j’ai eue en évoluant dans ce    roman d’Eric Descamps.    L’auteur, tel un chimiste particulièrement habile, a trouvé le dosage parfait pour activer nos molécules déclenchant cette sensation de dépendance!

L’utilisation de courts chapitres – ce fameux cliffhanger que vous apercevez dans    certaines séries – permet de maintenir un rythme soutenu et persistant, une tension quasi permanente. A la fin de chaque partie, l’auteur place ses personnages dans des situations peu    agréables – (cliffhanger = suspendu à une falaise, c’est assez explicite) – et je dois reconnaître qu’il a réussi à utiliser ce procédé avec beaucoup d’adresse. La multitude de situations se    produisant simultanément dans cette histoire permet de passer d’un plan à un autre,  respectivement d’un groupe de personnages à un autre – avec une tension allant crescendo. L’intrigue    progresse, les divers plans se regroupent, pour ensuite se chevaucher et finalement se fondre entre eux. Une culture du suspense assez prodigieuse je dois dire!

Je ne sais pas trop comment classer ce roman.    Peut-être dans le genre thriller de conspiration, d’espionnage? Il y a la tension, j’en ai parlé avant. Également une sorte de crainte, d’angoisse relatives aux personnages qui sont    continuellement pourchassés et talonnés de près! Ou alors encore mieux; je le définirais comme un techno-thriller!    Et oui car vous allez être servi en technologie de pointe et piratage informatique. Eric Descamps doit    certainement posséder un sacré bagage dans ce domaine. Ou alors il s’est extrêmement bien documenté pour écrire son livre, mais je ne le crois pas. Lors de la lecture, nous percevons clairement    une puissante maîtrise en la matière. Mais je vous rassure, même si vous êtes un vrai manche au niveau informatique, vous allez largement vous en sortir. L’auteur utilise toutes les opportunités,    toutes les occasions favorables pour nous rendre la lecture limpide.

L’auteur, par ce techno-thriller, nous rend attentif sur la problématique des réseaux informatiques, leurs limites, leurs dangers mais surtout leurs possibilités qui semblent presque illimitées.    Il place également dans son intrigue une autre sorte de réseau bien structuré, composé d’éléments extrêmement bien reliés les uns aux autres, celui des abeilles et des frelons d’Asie, qui    prendront une importance capitale dans cette intrigue, durant laquelle souffle un vent chargé de menaces. Un bruit sourd émis en continu va déranger le lecteur du début à la fin, un bourdonnement    qui représente certainement une haute tension qui se déplace dans les veines, ou alors tout simplement le grondement régulier des hyménoptères qui tournent autour de vous telles des vautours.

En quelques mots, je vais vous présenter les divers plans qui forment cette intrigue qui    démarre, je dois dire, relativement fort. Je ne vais pas m’engouffrer dans les détails, cela ne servirait à rien. Je ne veux justement pas aller trop loin afin que ce livre conserve l’entier de    son suspense et de son rythme, ce qui est à mon sens son point fort.

Daniel, père de famille à la recherche de travail,    est mandaté par un service de Météo France pour un petit boulot. Sa mission consiste à aller placer au sommet d’une colline un appareil permettant de prendre quelques mesures. Mais voilà, au    terme de cette tâche, Daniel tombe malade, direction les urgences. Le diagnostique est sans appel, notre homme est atteint du virus de la grippe H1N1 et la transmet par la même occasion à sa    petite fille Valérie. Nous apprendrons par la suite que de nombreuses autres    personnes ont également été embauchés aux quatre coins de la France pour cette même mission, et ainsi déposer ces fameuses stations météorologiques dans des lieux bien précis. Enfin… stations    météorologiques, pas vraiment ça!

Dominique et Judith, jeune mariés, partent en voyage de noce dans le Vaucluse, afin de    prendre un peu de bon temps et profiter pleinement dans leur nouveau statut conjugal dans une petite maison isolée. La belle vie! Alors qu’elle se trouve dans la chambre en attendant son mari qui    fait quelques longueurs dans la piscine, Judith est attaquée par un essaim d’abeilles particulièrement agressives. Allergique au venin, Judith termine à l’hôpital dans un profond coma.

Milos, pirate informatique particulièrement doué, vient de créer un virus, ou plutôt une technique nommée « la chute des dominos », qui    permettrait de s’infiltrer dans les réseaux les mieux protégés, en prendre le contrôle et disparaître sans laisser de trace. Évidemment, cette brillante méthode suscite bien des convoitises,    peut-être même dans des secteurs proches de l’OTAN, comme le Centre Interallié de Lutte contre le Terrorisme    Informatique (CILTI). Notre hacker est    très surveillé – vous vous en doutez bien – et le développement de son virus est pour lui le point de départ d’une aventure qui va s’avérer plutôt agitée. Sa méthode hautement performante placée    entre des mains mal intentionnées peut s’avérer catastrophique.

Et finalement, que vient faire une puissante entreprise    agro-alimentaire ayant pignon sur rue dans cette histoire? Cette organisation, MeyerLintz,    dirigée par les trois frères Kettenmeyer, va s’avérer être très proche de ce que je viens de vous    expliquer. A présent, à vous d’essayer de faire le lien entre tout ces tableaux qui vont finir par fondre les uns dans les autres, petit à petit. Terrorisme? Manipulation génétique? Drame    écologique? Peut-on maîtriser et contrôler des prédateurs naturels afin de les utiliser pour un acte de terrorisme, pour créer le chaos, l’angoisse et la confusion totale en Europe.

Eric Descamps met    tout cela en place avec beaucoup de dextérité    et de précision. Il met en scène des personnages tout à fait ordinaires, pas de super héros. Des gens qui se retrouvent dans une situation menaçante et qui vont devenir, à force d’être persécutés    et pris pour cibles, méchamment perspicace et déterminés! A l’image de Dominique, ex-flic, qui sent son épouse partir toujours plus loin dans son coma et qui va mettre tout en oeuvre pour    comprendre ce qui l’a mise dans un tel état – et surtout qui!

L’auteur nous réserve également un moment assez fort – quelque peu surnaturel – entre une    petite fille et une femme dans le coma. Un clin d’œil très humain, très profond, qui prend une place intéressante dans cette intrigue, et surtout dans son dénouement.

Filatures, surveillances, courses-poursuite mémorables entre la Suisse, la France et la Belgique! Le rythme    sera constant et soutenu jusqu’à la dernière page. Les personnages, que l’auteur maltraite sans ménagement, vont devenir de plus en plus attachants et le lecteur aura envie de prendre sur lui    quelques unes de leurs douleurs afin de rendre leur souffrance un peu plus supportable. De méchants tueurs de deux mètres de haut se déplaçant en Audi A3, des gentils, des dirigeants qui veulent    s’accaparer du monde entier et peut-être même de ses alentours, de méchants virus informatiques…; c’est clair, ce sont des clichés, des idées toutes faites, mais par la plume d’Eric Descamps,    ça passe plutôt bien et franchement ça déménage! En plus, cela se passe près de chez nous… 😉

A présent, si vous voulez savoir jusqu’où sont prêts à aller certaines personnes pour se profiler, pour    tenter de prendre le pouvoir au dépend de ses concitoyens en souhaitant créer le chaos total, montez dans le TGV manoeuvré par Eric Descamps, car c’est vraiment à grande allure qu’il va vous    emmener jusqu’au dénouement. Bonne lecture.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire