Guerres, pétrole et radicalisme (Marc Fromager)

30 janvier 2016 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (6 votes, moyenne: 4,67 / 5)
Loading...

Critique lue : 548 fois


indexDans la fournaise des conflits au Moyen-Orient, les chrétiens se retrouvent pris dans un véritable étau qui risque de les broyer définitivement. De moins en moins nombreux suite aux persécutions, leur nombre se réduit comme peau de chagrin depuis l’arrivée de Daesch, l’Etat Islamique, qui n’envisage pour eux que deux solutions : la conversion à l’Islam whahabite ou la mort. Le résultat a été un véritable nettoyage religieux de la région de Mossoul, entre autres, avec la fuite de milliers de chrétiens au Kurdistan ou au Liban. Alors quel peut bien être leur avenir dans la région ? Et quelles conséquences pourrait avoir pour notre Occident déjà fortement islamisé une totale mainmise du fondamentalisme sur l’arc méditerranéen avec liaison directe entre tous les différents mouvements djihadistes d’Afrique noire (Boko Haram, Aqmi et autres) ? Les chrétiens d’Orient craignent que le même funeste sort soit également un jour le lot de leurs frères occidentaux…

« Guerres, pétrole et radicalisme » est un essai plein d’objectivité et de bienveillance sur une situation fort complexe vue de chez nous. Marc Fromager nous présente la réalité de l’implantation chrétienne dans les premiers siècles, l’arrivée de l’Islam et le progessif déclin des communautés. « Au fil des siècles, entre la tension permanente du statut discriminant de la dhimmitude et la violence ponctuelle des pogroms, la présence chrétienne se sera progressivement effondrée. », écrit-il. Effondrée au point de ne représenter aujourd’hui plus qu’une douzaine de millions d’âmes dont 8 millions de coptes égyptiens. 4% de la population du Moyen-Orient, une toute petite minorité. Puis, il nous explique les causes nombreuses des conflits (rivalités ancestrales entre sunnites et chiites, radicalisation de l’Islam, responsabilité de l’Arabie Saoudite, du Qatar et de la Turquie, implantation des gazoducs, printemps arabes et implication des Etats-Unis et de ses alliés, stratégie du chaos, le fameux « diviser pour régner »). Il termine par quelques raisons d’espérer, de toutes petites lueurs au fond d’un tunnel très noir qui sont cependant bien agréables à découvrir. Le pire n’est jamais certain, dit-on. Un excellent ouvrage, sérieux et parfaitement documenté, à conseiller à qui cherche à décrypter les évènements inquiétants du Moyen-Orient.

5/5

Laisser un commentaire