Vivre sans argent (Benjamin Lesage)

24 janvier 2016 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (3 votes, moyenne: 4,67 / 5)
Loading...

Critique lue : 658 fois


vivre sans argentÉtudiant fêtard et un peu paumé, Benjamin trouve de moins en moins d’intérêt à la vie futile qu’il mène et redoute l’avenir rangé et conforme qui se profile. En compagnie de deux amis, il décide d’entreprendre un voyage autour du monde avec empreinte écologique minimum. Un aller-retour New-York en avion usant autant de carbone qu’un Européen pendant six mois, il opte pour l’auto-stop et le bateau-stop. Pour se nourrir, ce sera la récup’ (fins de marché, poubelles, dons de commerçants…) et pour dormir, l’hébergement chez l’habitant hospitalier ou à la belle étoile. Seules concessions à la modernité, il se munit d’un filtre à eau et d’un sac à dos solaire pour pouvoir recharger ses appareils électroniques. Mais, quand au Brésil un routier lui vole son sac à dos, Benjamin devient tout à fait ce qu’il prétendait être : un voyageur sans le sou…

« Vivre sans argent » est le sympathique témoignage de cinq années passées sans utiliser d’argent d’abord à voyager des Pays-Bas au Maroc puis du Brésil au Mexique et finalement aux États-Unis avec retour par l’Allemagne. Pour s’apercevoir qu’il est plus facile de vivre ainsi qu’en étant sédentaire. Benjamin fait partager avec une grande honnêteté intellectuelle ses découvertes et ses doutes. Il s’agit de faire confiance et même de croire à la bonté des gens, à leur empathie. « Si tu souris au monde, le monde te sourira en retour. » Mais d’un autre côté, donner, c’est aussi manifester sa supériorité. Et accepter sans rendre, c’est se subordonner. Le lecteur trouvera dans ce petit livre (135 pages) en accès gratuit de quoi réfléchir sur nos sociétés de gaspillage et d’épuisement de la ressource naturelle et comprendra qu’on ne peut en aucun cas être bien avec soi-même dans l’incohérence. Mais l’utopie finit par trouver ses limites. Après cette expérience radicale de 5 années, Benjamin, qui aujourd’hui a charge d’âme et ne vit plus totalement sans argent, s’est lancé un nouveau défi : créer un éco-village dans le Béarn. Un livre agréable à lire (malgré quantité de coquilles et fautes en tous genres), optimiste et roboratif qu’il faut conseiller à tous ceux qui se posent des questions et/ou veulent vivre autrement.

4/5

Laisser un commentaire