Cendres (Vincent Vauclin)

Critique de le 26 mai 2017

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 3,00 / 5)
Loading...
Actualité, politique Essais

Notre monde moderne ne va pas bien, il va même très mal. Depuis qu’il a tourné le dos à l’ordre ancien, il navigue entre laïcisation et consumérisme, hédonisme et individualisme, langue de bois et humanisme pseudo démocratique. Toutes les valeurs sont peu à peu inversées. Le relativisme s’impose partout depuis que fut ouverte la boîte de Pandore d’une illusoire liberté. De petites avancées en gros progrès sociétaux, peu à peu s’établit le triomphe absolu de la perversion, de l’argent, de l’oligarchie et de la ploutocratie. Même si l’opinion publique, anesthésiée par le travail insidieux de l’ingénierie sociale et par l’attachement au confort matériel encore relativement accessible, ne réalise pas toujours l’importance de la dérive, une large part de la population souffre déjà de cet état de fait. Consommation de tranquillisants, d’alcool, de drogue, suicides, addictions diverses, violences, éclatement des cellules familiales en sont les conséquences les plus visibles. Et pour Vauclin, la conclusion finale ne pourra être qu’insurrectionnelle.

« Cendres » est un assez court essai de sociologie politique bien écrit, bien présenté et disposant d’un argumentaire qui tient la route. Vauclin analyse notre système avec une précision d’entomologiste puis il va aux causes et aux responsabilités avec l’implacable conviction d’un doctrinaire. Personne n’est obligé de partager ses analyses et ses diagnostics. Quant aux remèdes présentés dans la troisième partie, il y a de fortes chances qu’ils ne soient qu’utopiques et de mise en place peu vraisemblable. L’auteur lui-même reconnaît qu’on n’arrivera à rien en s’attaquant aux symptômes ou à tel ou tel pan du problème (OTAN, CEE ou euro par exemple) et qu’une approche globale, frontale et sans état d’âme est impérative tant l’hydre est ramifiée, surpuissante et pleine de ressources insoupçonnées. Malgré ces faiblesses et ces lacunes, cet essai franc et courageux a le mérite de poser les bonnes questions et d’amener le lecteur à réfléchir sur les mécanismes d’aliénation et d’asservissement qui sont à l’œuvre chaque jour.

3/5

Cendres (Vincent Vauclin)

Laisser un commentaire