réflexion à propos de l’oeuvre de Richard Shusterman – vivre la philosophie

13 décembre 2010 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (56 votes, moyenne: 2,04 / 5)
Loading...
Questions ouvertes, réflexions

le somatique et la philosophie pragmatique
19112010

je ne voudrais pas que ma propre difficulté à éprouver le point de vue de l’auteur, sur ce qu’il conçoit d’une philosophie pragmatique mise en acte dans un art de vivre, puisse fausser l’approche d’un lecteur, c’est pour cela que l’exercice de la note de lecture, doit comporter une certaine éthique, car qu’est-ce qui nous autorise à donner un point de vue sur une philosophie, peu banale où il s’agit de lier le mouvement de la pensée, au corps en mouvement…dans la lignée d’une autre approche, celle de Spinoza, excommunié pour avoir introduit le corps comme porteur de l’âme,.. mais lorsqu’il s’agit d’expliciter ce lien Richard Shustermann va jusqu’à promouvoir comme lieu d’enseignement de la philosophie un gymnase où il invite ses étudiants à pratiquer la prise de conscience de soi par le mouvement de Feldenkrais.
l’ensemble de son oeuvre s’appuie sur l’étude des philosophies du corps à travers leur singularité (Foucauld, Wittengstein), mais aussi en se tournant vers l corps social à travers la démocratie participative de dewey , vers le corps marqué par le besoin adolescent d’identité qui ne peut répondre à l’appel du Nom, et qui se “taille”… vers le corps enfin dans le rap comme reconnaissance de ses racines identitaires…contre l’esclavagisme ancestral et actuel.

De ce tour d’horizon, de ce qu’implique l’art de vivre c’est à dire la capacité à oeuvrer à son sentiment d’Existence, il termine par son propre parcours, peut-être comme conclusion muette: l’impossible séparation du lieu géographique d’un juif “laïque”, la confusion entre état et religion qui est la problématique du clivage identitaire en lien à ses racines.

Ce parcours au de là de la pragmatique d’une blessure à réparer aboutit pour Feldenkrais (voir la réflexion : « si je ne sais pas… ») à son intégration fonctionnelle : réinvestir le corps comme lieu identificatoire. renouer le corps et la pensée, c’est en fait renouer notre sentiment d’Existence, non pas à un Nom incertain, une terre toujours contestée, mais au corps vivant.

Reste la réflexion sur cette opération identificatoire, qui est en toile de fond de l’art de vivre, et de l’entrée du somatique dans la philosophie.
Ce n’est pas pour rien que Spinoza fut excommunié. Ce n’est pas pour rien qu’en France, une telle résistance politique à l’introduction de la conscience somatique dans l’éducation.

quant à Lacan excommunié de l’association internationale(réflexion hors cadre du livre), c’est peut-être aussi parce que sa sortie du dogme freudien (recouvert par la question du retour à Freud) -constituait un ébranlement pour l’édifice social, dogmatique, orthodoxe de la psychanalyse(made in USA). l’introduction du TEMPS en tant que métaphore du VIVANT , contre la doctrine sécuritaire de l’horloge freudienne.
Ce n’est pas pour rien que tuer le temps est une autre forme de “se tuer”.

alors Réfléchir à cette opération où le corps ressenti devient le point de repère identitaire, l’art de vivre , en introduisant le somatique devient l’ordre symbolique, on peut retrouver cette possible prise de conscience chez un Lacan vieillissant , renversant son triskell, reconnaissant la place du corps .

Lorsque le corps n’est plus un corps vivant , en mouvement vers l’autre, il se réalise dans la fixité d’un corps akinétique. de la même façon l’objectif photo qui se confond avec un objectif de vie.

il est un livre de quai qui vient au chevet de la quête identitaire: l’auteur Douglas Kennedy- “l’homme qui voulait vivre sa vie”, traduction Française qui cible bien son marché de culture , son travail de destruction des liens humanistes en entretenant la confusion entre le “vivre sa vie” et une philosophie humaniste mature du bien-vivre .

le titre original anglais:” the big picture”

no comment!
*Richard shusterman – Vivre la philosophie – pragmatisme et art de vivre

Contrat Creative Commons
le somatique et la philosophie pragmatique by Yveline Ciazynski est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 Unported.

Laisser un commentaire