Capitale de la douleur de Paul Eluard

Critique de le 18 mai 2008

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (27 votes, moyenne: 2,85 / 5)
Loading...
Polycritique

eluard.jpgTout d’abord les arguments pour: ce que j’ai aimé dans ce livre c’est qu’il n’est pas difficile à lire parce que ce sont des poèmes très court et le livre est aussi court.

Les arguments contre: ce que je n’ai pas aimé c’est que les poèmes sont difficile à comprendre car ce n’est pas du langage familier. un outre argument contre c’est qu’il n’y a pas d’histoire et cela n’attire pas l’attention du lecteur,parce que lorsqu’on lit un livre c’est pour l’histoire et pas seulement pour le terminer et ne rien comprendre

Capitale de la douleur de Paul Eluard

Étiquettes : ,

2 commentaires pour “Capitale de la douleur de Paul Eluard”

  1. avatar benjamin dit :

    Je n’est jamais lu de choses plus imbéciles, idiotes et insolentes que celles écrites ci-dessus . Paul Eluard est un des plus grand surréaliste qu’il n’est jamais éxisté . C’est tout à fait logique que l’on ne puisse pas comprendre du premier coup le sens de ses poemes . Il faut les relir plusieurs fois . De plus, sommes nous obliger de tout comprendre pour aprécier la poésie ? Les frasés serait il aussi beau avec un langage familié ?
    Pour finir si vous souhaité lire des histoires lisez un OUI OUI un recueil de poésie n’est pas fait pour avoir une histoire . C’est fait pour denoncer quelque chose faire passer des sentiments si vous ne ressentez rien en lisant CAPITAL DE LA DOULEURE c’est que vous n’etes pas fait pour la poésie mais attention pas que ce livre est mauvais .

  2. avatar Animadversion dit :

    Quelle tristesse de lire vos mots. Oui les relire s’impose tant ils sont injustifiés. Remettre en cause, Eluard, pour Capitale de la douleur parce que vous n’avez pas compris, est-ce bien raisonnable? Vous voulez lire des histoires? Alors ne lisez pas la poésie et surtout n’en dégoutez pas les autres…

Laisser un commentaire