Au gré des regs contondants, Poèmes d’Olivier Verdun

Critique de le 24 septembre 2009

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (696 votes, moyenne: 3,75 / 5)
Loading...
Poésie

Il y a beaucoup de blessures et de failles dans le livre d’Olivier Verdun, Au gré des regs contondants . Les textes se succèdent comme arrachés à une chair invisible, tantôt encore sanglants, tantôt érodés par les longues menées du temps et du vent . Leur solitude n’en apparaît que plus tragique, avec pourtant « l’ample certitude que tout est là . »  Cette réalité, comme beaucoup de ses confrères contemporains, le poète ne cesse de la répéter et de la décrire au plus juste et au plus aride, en la portant jusqu’à ce rivage de silence qu’il entrevoit sans pouvoir y aborder . Olivier Verdun pratique en effet en poésie un exercice très exigeant de dépossession et d’effacement que l’on sent lié à une profonde expérience vécue, tout à la fois existentielle et spirituelle . « Le rien s’avance / terre brûlée derrière lui . » Ses vers ressemblent à des esquilles prélevées sur l’os vivant, sur la mémoire terrible du dernier siècle, avec en fond les « wagons plombés », les hurlements, les « bouches béantes » .

Son écriture aspire à « être à peine », fascinée par le « puits sans fond », la terre « démise dénudée dénuée » . Il se souvient sans doute des grands paysages désertiques découverts au cours de ses voyages . Mais c’est bien le désert essentiel, celui qui les contient tous et qui est celui de l’être même, qui lui importe . Sa recherche du silence passe forcément par lui, à travers les éléments des mondes minéral et humain . Et, tout au bout, s’il s’agit « d’accueillir la nuit » selon les vues de Maurice Blanchot, un de ses principaux inspirateurs, il n’en reste pas moins que l’œuvre poétique d’Olivier Verdun s’éclaire de tous les interstices que les mots laissent apparaître dans ce livre âpre, tendu, sans concession . Interstices, « plaies du désert » qu’un langage de vent tente d’effacer, sans jamais y réussir tout à fait. Ainsi, la poésie d’Olivier Verdun continue à élever malgré tout une émouvante protestation contre le vide qui la séduit et qui la ronge .

Gérard Bocholier

Détails sur Au gré des regs contondants, Poèmes d’Olivier Verdun

Isbn : 2358450227

Au gré des regs contondants, Poèmes d’Olivier Verdun

Laisser un commentaire