L’enfant rebelle (Christian Laborie)

30 août 2015 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 3,00 / 5)
Loading...

Critique lue : 1 655 fois


indexEn 1897, la jeune Adèle Vigan, 17 ans, orpheline, travaille comme fileuse dans une usine de Saint Jean du Gard pendant la semaine et à la ferme de ses parents adoptifs le dimanche. Leur fils aîné, Martin Bonnal, abuse d’elle. Elle se retrouve enceinte de ses œuvres. Saisie par la honte, elle s’enfuit de chez elle et gagne Alès puis Nîmes. En janvier 1898, elle accouche d’un enfant qu’elle abandonne quelques jours plus tard à Arles, au couvent des Soeurs de la Charité. Elle le prénomme Raphaël en souvenir du jeune pasteur dont elle est toujours amoureuse. Très vite, Raphaël est adopté par un couple d’âpres paysans cévenols…

« L’enfant rebelle » est un roman à la limite du terroir (les Cévennes, le protestantisme, les magnaneries), de l’historique (l’auteur nous promène de 1897 à 1934 avec une séquence se déroulant pendant la Première Guerre Mondiale au Chemin des Dames), du sentimental (le fond est assez mélodramatique, on suit deux personnages au destin triste à pleurer) et de la saga familiale (sans être une suite du précédent roman de Laborie « Les Rochefort », celui-ci reprend certains personnages et renvoie à des évènements racontés précédemment). Bien écrit, ce long ouvrage de plus de 500 pages assez agréable à lire pose le problème de l’adoption, de l’exploitation des enfants à la campagne et de l’usurpation d’identité (surtout sur la fin). Ce dernier rebondissement donne d’ailleurs une fin un peu « fabriquée ». Quant à l’échange d’identité qui est le nœud central de l’intrigue, il laisse le lecteur sur sa faim vu que l’auteur ayant traité le destin de Vincent dans le précédent livre, s’attache surtout à celui de Raphaël. Un ensemble en demi-teinte qui peut plaire aux amateurs du genre et laissera de marbre les autres.

3/5

Laisser un commentaire