Le Sorceleur – Le Sang des Elfes – Andrzej Sapkowski

8 décembre 2015 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (2 votes, moyenne: 4,00 / 5)
Loading...

Critique lue : 593 fois


le sang des elfes andrzej sapkowski irm fimentoEnfin ! Le VRAI premier tome du Sorceleur !

Ça portais à confusion quand même, c’est écrit « 3 » sur mon bouquin. Des fois, les éditeurs font des choses étranges…

Du Sang, des Chevaliers, des Conflits Socio-politiques, de l’Epiqueness à son PAROXISME !!!

Voilà ce que nous promet ce début de cycle de Fantasy !

Ah ! Attends ! On me dit que ce tome amorce le début de l’histoire, donc il n’y a pas de place pour toutes ces conneries…

Heu…

J’aimerais seulement poser une question simple, sans piège : Le Cycle du Sorceleur commence réellement quand ?

AU « FIN » DU DERNIER TOME ?! (Le Ministère des Blagues à juger celle-ci illicite, depuis I.R.M. Fimento pourri au fond d’un trou, où vivait un Hobbit ; passons, nous nous égarons).

 

 

Salut à toi, Cher Lecteur du Futur !

Tu sais quoi ? Je parie dès maintenant que cette partie expresse sera plus longue que la partie développée. Pourquoi ? Mais ne soit pas autant pressé voyons…

 

Tout d’abord, je ne garantis pas une objectivité sans borne puisque j’ai eu l’expérience du troisième tome (enfin le N°5 si on suit la numérotation de Milady), et je peux d’ores et déjà t’annoncer que ça va être un saignement total.

Cette critique est donc faite alors que j’ai fini la série (je n’ai pas fait exception « aux départs de vacances » et je n’ai donc pas écrit au fur et à mesure les critiques, tu m’en vois absolument confus).

 

Je ne vais pas spoiler les futurs tomes, mais c’est très éclectique, vraiment !

 

Ça va du Navet livresque (j’exagère un peu) au chef d’œuvre de Fantasy ; à n’y rien comprendre, je te dis.

 

En gros, Géralt rencontre une jeune princesse appelée Ciri dans une forêt que l’on surnommera « Black Hole » puisque si quelqu’un dépasse le seuil de non-retour et bien, c’est simple :

 

FLÈCHE DANS LE LOBE OCCIPITAL !!!

 

Ainsi, Ciri (j’aime les rimes, encore et toujours) est liée à Géralt par une providence, donc une intervention divine, une sorte de prédestination de quelque chose… mais quoi ?

Aaaaahem. Je te jure que si ça finit en mauvaise prophétie à la Des-pair-hate-huss-wife, je brûle le dernier tome et danse dessus dans la rue en hurlant : « I’M SIIIINGING THE RAIN !!! »

 

Géralt est encore plus exaspérant que possible puisqu’il est intervenu dans une « bataille ». C’était — attention roulement de tambours oblige — contre une espèce de grosse mante religieuse… et dans l’eau, s’il vous plaît.

 

Mais qu’est-ce que… de… attends, j’ai loupé un épisode ou merde ?

 

J’ai vérifié plusieurs fois si j’avais bien « Le Sorceleur » entre mes mains et figure-toi que OUI ! (THE WITCHER SPOTTED !)

 

Mais il y a quand même Géralt qui adopte une position finalement très étrange par rapport à son monde…

 

Oups !

 

Je commence à analyser, là. Eh bien changeons de partie !

 

 

Jamais cette partie « épique et développée » n’aura aussi mal porté son nom puisque ce premier tome est très comparable à l’obtention du baccalauréat, on passe du temps et du labeur à l’avoir et quand on le décroche enfin, on se dit :

 

« C’était bien, mais… et maintenant ? »

 

Cette sensation de vide intellectuel après avoir lu un livre, quel sentiment exécrable.

Alors… par où commencer quand il n’y a pas grand-chose à dire ?

C’est plutôt simpliste en fait : ne rien dire.

Critique disponible sur le site : http://irm-fimento.com/le-sorceleur-le-sang-des-elfes-andrzej-sapkowski/

Laisser un commentaire