La Conjuration des imbéciles : John Kennedy Toole

Critique de le 15 décembre 2007

Acheter ce livre sur:
Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (55 votes, moyenne: 3,69 / 5)
Loading...
Roman

conj.jpg« Écrit au début des années soixante par un jeune inconnu qui devait se suicider en 1969, à l’âge de trente-deux ans, parce qu’il se croyait un écrivain raté, La Conjuration des imbéciles n’a été éditée qu’en 1980.

Le plus drôle dans cette histoire, pour peu qu’on goûte l’humour noir, c’est qu’aussitôt publié, le roman a connu un immense succès outre-Atlantique et s’est vu couronné en 1981 par le prestigieux prix Pulitzer.

Une façon pour les Américains de démentir à retardement le pied de nez posthume que leur adressait l’écrivain, plaçant en exergue à son livre cette citation de Swift:

« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. » » – Bernard Le Saux, Le Matin
Du plus simple au plus complexe, du plus absurde au plus burlesque, Ignatius nous décrit sa vision de la société avec sa plus grande sincérité.

Un personnage attachant, unique ainsi que répulsif grâce à sa franchise parfois exagérée.
Un personnage qu’on déteste comme on peut aimer, un anti-héros vraiment pas comme les autres où l’humour est le point culminant de l’histoire.

La Conjuration des imbéciles : John Kennedy Toole

Étiquettes : , , , , ,

Un commentaire pour “La Conjuration des imbéciles : John Kennedy Toole”

  1. avatar salomon dit :

    Je lis la conjuration des imbéciles depuis bientôt 5 mois, non pas que ce livre m’ennuie mais au contraire je ne veux pas m’en séparer alors je distille les phrases, les mots, les situations. Ce livre m’a littéralement sauvée et usurpée du quotidien. Critique, burlesque et fantasque. De la joie que de la joie.

Laisser un commentaire