Fox-trot (Michel-Quint)

29 janvier 2016 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (1 votes, moyenne: 3,00 / 5)
Loading...

Critique lue : 540 fois


indexParis 6 février 1934 : suite au scandale de l’affaire Stavisky, une manifestation organisée par les ligues tourne à l’émeute. La police et l’armée tirent sur la foule. Une quinzaine de morts et des centaines de blessés… Peu après, à Lille, la danseuse et trapéziste Lisa Kaiser, qui cherche un engagement dans un cabaret, s’installe dans l’hôtel de Lyon où une grande bourgeoise belge vient d’être retrouvée morte étouffée sous un oreiller. Charles Bertin, instituteur de la classe de fin d’études rencontre Nelly, jeune et charmante couturière peu farouche. Un receveur de tramway est assasiné par balles dans l’exercice de ses fonctions.

« Fox-trot » est un roman aux limites du sentimental, de l’historique et du policier. La liste importante de cadavres pourrait aussi le classer comme thriller, mais il n’en est rien. Le rythme narratif lent et très descriptif et la part belle donnée au social et au politique l’en éloigne définitivement. Le personnage de Charles, velléitaire mal à l’aise dans son rôle d’infiltré au sein d’une ligue, semble assez peu attachant alors que celui de Nelly, amante sincère, bafouée et rejetée, attire empathie et compassion. Dans un style assez particulier, Michel Quint s’affranchit quelquefois de la ponctuation ou des prépositions et parsème son discours de mots et d’expressions chtimis qui auraient pu être traduits en notes de bas de page. Au-delà d’une enquête policière qui semble tout à fait secondaire et d’histoires d’amours contrariées qui occupent une grande partie du récit, c’est le tableau historique magnifiquement rendu d’un Nord en pleine effervescence avec les troubles sociaux, la montée du fascisme, la mobilisation des gauches et toutes les prémices d’une guerre à venir qui semble le plus intéressant en dépit d’une présentation un tantinet manichéenne. Ainsi le lecteur en apprendra moins sur Stavisky que sur Roger Salengro, son suicide et ses funérailles nationales, lesquelles clôturent en apothéose un livre un peu ennuyeux.

3/5

Laisser un commentaire