Souffleur de mondes (Raymond Milesi)

27 octobre 2013 par

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (4 votes, moyenne: 3,75 / 5)
Loading...
Fantastique, horreur

Souffleur de mondesLors d’une guerre entre les Sensibles et les Non-sensibles, un jeune soldat blessé au combat profite d’une courte permission pour rendre visite à ses vieux parents… Deux associés d’une agence de voyages spatiaux cherchent à relancer l’intérêt des touristes en exhibant un animal monstrueux… Un père d’élève est convoqué dans le bureau du proviseur d’un lycée en raison du très mauvais comportement de son fils… Adam Selzeter, un auteur compositeur interprète présente ses nouvelles compositions à Oreste, un grand producteur et imprésario d’une vedette de la chanson. Celui-ci accepte avec enthousiasme les morceaux mais refuse d’engager le chanteur… Au fil des siècles, Adolf Hitler se retrouve petit à petit réhabilité et en route pour la canonisation et la sanctification finale… Korpa première, une jeune résidente de Lombe Tauride, rencontre Silando, un bel inconnu sans doute venu d’une autre planète et en tombe éperdument amoureuse… Dans un échange de courriers, un écrivain propose divers manuscrits à un éditeur qui les refuse la plupart du temps puis finit par en accepter un à condition de procéder à de nombreux aménagements pour rendre le texte conforme aux goûts supposés du public… Venus du futur, Egon et Marie se retrouvent projetés dans le passé avec pour mission d’empêcher qu’une arme de destruction massive ne soit mise au point par les nazis et pour faire en sorte que la seconde guerre mondiale s’achève comme prévu…

« Souffleur de mondes est une compilation comportant treize nouvelles de très belle facture (certaines ont même été récompensées par le Prix Rosny Aîné ou par le Grand Prix de la Science-Fiction française) publiées en leur temps dans diverses revues telles Bifrost ou Galaxies et par divers éditeurs comme Cyberdream, Horizons du fantastique ou Présence d’esprits tout au long de la carrière littéraire de Raymon Milesi. Les plus anciennes datent de plus de trente ans et n’ont pas pris la moindre ride. Très homogène (ce qui est rare dans ce genre de recueil), l’ensemble présente une belle unité de ton, de style et de niveau de qualité. Une certaine forme d’humour souvent noir voire ravageur et toujours décalé finement est partout présente pour le plus grand plaisir du lecteur. Et il en faut d’ailleurs, tellement l’univers de Milesi est tout sauf rassurant. En général, chaque intrigue démarre en douceur, dans le train-train du quotidien puis, par paliers ou brusquement, tout bascule dans le monstrueux, l’horrible ou le démentiel (Bonjour Lovecraft !). Et à chaque fois, le machiavélique auteur parvient à surprendre le lecteur qui s’attend à tout sauf à ce qu’on lui propose ! Il est à remarquer que certains thèmes ou décors sont récurrents comme les cimetières, la mort, la possession physique ou mentale, les voyages dans le temps ou dans d’autres dimensions, les maladies soignées de manière paranormale, le fanatisme religieux, le totalitarisme, le nazisme, la guerre ; en résumé, le mal dans quasiment toutes ses déclinaisons. Donc, rien de bien réjouissant et pourtant on dévore ces nouvelles et on en redemande. Sans doute est-ce dû à la richesse d’une imagination hors du commun, à la qualité d’un style vivant et agréable et aux registres variés (correspondances, dialogues, utilisation de vraies-fausses uchronies…) Il faut absolument lire ce recueil ne serait-ce que pour « L’itinéraire posthume de saint Adolf Hitler », un summum d’outrance dans l’inversion des valeurs (à ne pas prendre au pied de la lettre bien sûr !) et pour « Le carnassier unijambiste », un bijou d’humour noir et de dérision grinçante. Sans conteste, Raymond Milesi est à classer parmi les plus grands maîtres de la nouvelle, discipline ô combien difficile !

5/5

Laisser un commentaire