Nomade. De l’Islam à l’Occident, un itinéraire personnel et politique

Critique de le 13 septembre 2020

Je n‘ai pas aimé...Plutôt déçu...Intéressant...Très bon livre !A lire absolument ! (Pas encore d'évaluation)
Loading...
Actualité, politique Histoire Religions, spiritualités

Ayaan Hirsi Ali est née à Mogadiscio en Somalie, en 1969, dans le clan des Osman Mahamud. Fille d’un opposant à la Dictature de Siyad Barré, elle a connu l’exil en Arabie Saoudite, en Éthiopie et au Kenya. En 1992, elle fuit alors le monde Islamique et sa propre famille voulant la marier de force, pour regagner le monde Occidental aux Pays-Bas, et est même devenue citoyenne Néerlandaise. Devenue une Apostat (c’est considéré comme un crime de quitter sa religion en Islam) Athée, et après avoir combattu, en tant que Parlementaire, l’obscurantisme religieux et l’intolérance, elle fut menacée de mort par les fondamentalistes musulmans et dut s’exiler à nouveau, cette fois-ci, aux États-Unis, en 2006.

Elle a écrit deux autres ouvrages sur sa vie et son combat : Insoumise en 2005 et son autobiographie Ma vie rebelle, en 2006. De plus, elle a été nommée parmi les cent personnalités les plus influentes de l’année 2005 par le magazine d’information Time, et l’une des cent « Global Thinkers » de l’année 2010 par le magazine Foreign Policy.

En 2008, elle a créé la Fondation Ayaan Hirsi Ali (AHA), (page 385) :

« C’est un organisme caritatif qui contribue à la protection et à la défense des droits des femmes en Occident, en particulier aux États-Unis, contre l’islam militant et les coutumes tribales les plus néfastes. Son but est d’enquêter, d’informer sur les différents types de crime commis contre les femmes, et d’user de son influence, notamment contre le refus d’instruire les jeunes filles, la mutilation génitale, le mariage forcé, la violence pour l’honneur et les restrictions à la liberté de mouvement des jeunes filles. »

À travers ce troisième ouvrage, Ayaan Hirsi Ali tente de répondre à un grand nombre de questions que se posent les gens depuis la publication de ses deux premiers livres, et également, de déterminer si sa tragique expérience de vie est réellement représentative. De plus, elle analyse l’existence, les problématiques et les difficultés philosophiques que peuvent rencontrer les nombreux immigrés musulmans (et surtout les femmes musulmanes) en Occident.

Pour Ayaan Hirsi Ali, il existe bel et bien un « Choc des Civilisations » entre les idéaux islamiques et Occidentaux…

Ce « Choc Civilisationnel » est renforcé par la générosité Occidentale consistant, maladroitement, à aider les immigrés à s’installer dans le Communautarisme, plutôt que de les aider à s’émanciper vers la Modernité Occidentale (page 21) :

« Il y a en Occident nombre d’hommes et de femmes de bonne volonté qui souhaitent aider des réfugiés à s’installer, fustigent leurs concitoyens de ne pas en faire davantage, versent des dons d’argent à des organisations philanthropiques et se battent pour éliminer toute discrimination. Ils font pression sur les gouvernements pour qu’ils exemptent ces minorités de certaines règles de comportement propres aux sociétés occidentales. Ils luttent pour aider les minorités à préserver leur culture, et dispensent leur religion de tout examen critique. Ces gens ne pensent pas à mal, je n’en doute guère. Mais je crois que leur militantisme bien-pensant fait maintenant partie intégrante du problème qu’ils tentent de résoudre. Je ne mâcherai pas mes mots : leurs efforts pour aider les musulmans et d’autres minorités sont futiles car, en reportant ou, au mieux en prolongeant le processus de leur transition vers la modernité – en créant l’illusion que l’on peut se raccrocher à des règles tribales et devenir en même temps un citoyen épanoui -, les partisans du multiculturalisme enferment les générations futures nées à l’Ouest dans un véritable no man’s land de valeurs morales. Ce qui se présente sous la forme d’un discours profilé de l’acceptation conditionnée est en réalité une forme cruelle de racisme. Et d’autant plus cruelle qu’elle s’exprime avec le vocabulaire sucré de la vertu. »

P.S. : Pour consulter la suite de mon commentaire de ce livre, merci de me contacter…

Détails sur Nomade. De l’Islam à l’Occident, un itinéraire personnel et politique

Auteur : Ayaan Hirsi Ali

Editeur : Robert Laffont

Nombre de pages : 400

Isbn : 978-2221125816

Nomade. De l’Islam à l’Occident, un itinéraire personnel et politique

Laisser un commentaire